MOT DE BIENVENUE

Bienvenu à toutes et à tous sur le site internet de la Coordination Nationale de l’Initiative de la
Grande Muraille Verte pour le Sahara et le Sahel (CN-IGMVSS) au Burkina Faso. Je voudrais, avant
tout propos, dire un grand merci à vous qui me lisez en ce moment. Des remerciements qui se
fondent sur le clic qui vous a conduit sur cette page. Cela témoigne, s’il le fallait encore, de votre
attachement à la cause de l’Environnement, notamment la lutte contre la désertification et à la
préservation des ressources naturelles. Nous vous comptons désormais dans nos rangs, les rangs des
soldats qui combattent inlassablement au quotidien pour la protection de l’Environnement.
Depuis plusieurs décennies, le Burkina Faso fait face au phénomène de la DDTS (Désertification -
Dégradation des Terres - Sécheresse). Une situation, vous le savez, qui constitue une grosse entrave
au développement socioéconomique, plongeant une grande partie de la population du pays, surtout
celle rurale, dans la pauvreté. Quoique préoccupante, la situation n’est pas pour autant fatale. En
effet les autorités nationales ont décidé de prendre le problème à bras le corps, initiant des actions
multiples et multiformes qui, chacune prise singulièrement, contribuent à faire reculer le désert dans
notre pays. C’est dans cette dynamique que le Burkina Faso a ratifié en 2015, la Convention de
l’Agence Panafricaine de la Grande Muraille Verte. Cet acte a marqué un tournant fort dans
l’engagement de notre pays aux côtés de ses pairs pour dire « NON » à la désertification.
La stratégie d’intervention nationale est orientée vers la création d’une mosaïque de pôles ruraux de
développement dans sa zone prioritaire d’intervention. Beaucoup d’actions y sont entreprises à
travers la mise en œuvre de projets innovants avec l’appui des partenaires techniques et financiers.
Si aujourd’hui ces actions donnent des raisons de satisfaction, elles restent quelque peu méconnues
du grand public.
Pourtant, dans un environnement de plus en plus concurrentiel marqué par la raréfaction des
sources de financements, la bataille pour la visibilité et le positionnement pourrait s’avérer l’un des
atouts importants pour la survie des structures. Les administrations publiques, les institutions et
organisations de tous ordres n’ont d’autre choix que de se valoriser à deux fins essentielles :
informer, sensibiliser et mobiliser les utilisateurs autour de leurs idéaux mais aussi bénéficier du
renforcement de la confiance de leurs partenaires. Pour relever ce double challenge, le recours à la
communication s’avère indispensable : bien de petites structures ont survécu au tarissement des
sources de financement parce qu’elles ont bien valorisé le peu qu’elles savaient faire, pendant que
d’autres, plus actives, ont sombré pour avoir relégué la communication au second plan.
Dans un 21 e siècle résolument tourné vers la communication, le boom des TIC impose, qu’on le
veuille ou non, que la communication soit au centre de tous les processus : politique, économique,
social, culturel, etc. L’exemple révélateur est l’utilisation actuelle des réseaux sociaux qui finissent de
convaincre que le développement au sens large de sa compréhension n’est possible que par la
communication.
La création du présent site internet répond à cette double volonté de nous adapter à la nouvelle
donne communicationnelle, mais aussi, faire en sorte qu’elle serve à la cause de l’environnement à
travers l’intermédiation entre les parties prenantes de l’IGMVSS. Je vous invite à vous l’approprier
pour que notre combat commun pour le développement durable ne soit pas vain.

Adama DOULKOM
Coordonnateur National de l’IGMVSS au Burkina Faso

    PARTAGER via

  • Twitter
NOS PARTENAIRES...