Introduction

L’Initiative de la Grande Muraille Verte pour le Sahara et le Sahel (IGMVSS) est une vision à long terme des leaders politiques africains pour stopper l’avancée du désert. L’idée a germé en 2005 à Ouagadougou, au cours de la 7ème session des chefs d’Etats et de gouvernements de la Communauté des États Sahélo-Sahariens (CEN-SAD). Au départ il s’agissait d’ériger une barrière d’arbres qui va de Dakar à Djibouti, longue de 7000 km environ sur une largeur de 15 km, pour arrêter l’avancée du désert. A travers différentes études de faisabilité menées conjointement par la Commission de l’Union Africaine et la Commission Européenne, le concept s’est transformé en une approche qui vise l’adoption de pratiques de gestion durable des terres.
L’IGMVSS n’est pas un projet. Sa mise en œuvre ne doit pas être considérée en termes de délai, comme liée par le temps, mais plutôt comme un catalyseur. Elle est née d’un triple constat :

  • les questions de désertification, de changements climatiques et de dégradation des terres impactent négativement sur les leviers de développement socio-économique de la zone sahélo-saharienne, sur la cohésion sociale, sur la paix et sur la sécurité ;
  • les prévisions que l’on fait des changements climatiques au niveau de l’Afrique montrent que les zones arides vont certainement s’étendre du fait des aléas, enrayant ainsi les efforts de lutte contre la pauvreté ;
  • les efforts consentis dans le cadre de la mise en œuvre de la Convention des Nations Unies sur la Lutte contre la Désertification et de l’amélioration de la résilience des systèmes humains et naturels aux changements climatiques, ne sont pas à la mesure des objectifs.
    Le Burkina Faso a adhéré à l’IGMVSS depuis 2010. En mai 2015, il a ratifié la convention portant création de l’Agence Panafricaine de la Grande Muraille Verte (APGMV). Un premier Plan d’actions quinquennal a été adopté et mis en œuvre entre 2012 et 2017 et un deuxième vient d’être adopté pour la période 2018-2022 avec l’accompagnement technique et financier de l’Association pour la Promotion de l’Education et la Formation à l’Etranger (APF) Wallonie Bruxelles International (WBI) et la Coopération Belge au Développement. Ce nouveau document d’orientation définit les quatre (04) objectifs spécifiques suivants :
  • OS1 : Diffuser les bonnes pratiques intégrées de GDT ;
  • OS2 : Améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle ;
  • OS3 : Mettre en place et animer un dispositif d’éducation environnementale ;
  • OS4 : Consolider la gouvernance des activités de la SPA/IGMVSS aux niveaux national et local.

    PARTAGER via

  • Twitter
NOS PARTENAIRES...
Vidéos...

Dans le cadre de la mise en œuvre de la Phase 2 de son Programme de Renforcement des Compétences, l’IGMVSS soutient les 4 régions d’intervention dans la tenue de leurs Journées Régionales de l’Arbre. Celle de la Région du Plateau central a eu lieu le 03 août dans la commune de Boudry. Une activité relayée par les médias parmi lesquels la télévision privée Burkina Info, dont voici le reportage !